Vous êtes ici : Accueil > Randos > gignac la nerthe(13), chapelle st michel, camp de laure,plaine de gignac, (...)
Publié : 28 novembre
Format PDF Enregistrer au format PDF

gignac la nerthe(13), chapelle st michel, camp de laure,plaine de gignac, crête du rove, vallon de la gipière

0 vote

le circuit IGN du 28 novembre 2019

petite rando, facile de 9kms100 en 3h sans repas..et 186m de dénivelé au départ de gignac le nerthe, le départ pas évident à trouver..en venant de marseille, autoroute de Martigues, sortir à gignac, au rond point à droite, passer les 2 feux au 2e, à droite(carreour market, à droite et DFCI chemin de la chapelle st michel, jusqu’à la barrière.
de là, continuer la piste passer sous le pont de l auroute , tagué.., en face un chemin qui monte progressivement vers la chapelle que l’on aperçoit, puis les marches d’escalier, pour voir le devant, on continue pour aller jusqu’aux ruines du château..

voir l ’article de randomania

La Chapelle Saint-Michel (XIIè – XIIIè siècle) et les ruines du château sont édifiées sur une parcelle du territoire de la Commune du Rove qui en est propriétaire. Selon la commune du Rove
La chapelle Saint-Michel de Gignac se situe donc sur le territoire de la commune du Rove ; cette particularité vient d’un ancien partage du territoire : en 1835, Gignac a obtenu les terres agricoles tandis que le Rove a obtenu les collines et la chapelle (selon Michel Méténier, historien local) ; vous trouverez le vieux Gignac du début du XIXe sur le cadastre napoléonien du Rove, section C1, et ses riches propriétaires De Covet de Marignane et Barrigue de Montvalon.
La chapelle saint-Michel au Rove. Au Moyen Âge, le lieu faisait partie de la seigneurie de Marignane, qui s’étendait jusqu’à la mer. Les Templiers en prirent possession au xiie siècle, du fait de sa position stratégique qui les rendait maîtres de la plaine et des lieux de passages. Ils y édifièrent un château fort en éperon barré de remparts reliés de tours carrées. Extrait du site tourisme Marseille
Beaucoup de sites internet affirment que c’est un site templier ; d’après l’historien local, Michel Méténier, des moines templiers s’y seraient installés. Quatre granges2 existeraient autour de Fos (Berre, Saint-Giniez, Marignane et Gignac), d’après L. Dailliez, Les Templiers en Provence, Nice : Alpes-Méditerranée, 1977. Dans sa thèse d’histoire, Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales : l’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône (1124-1312), Lyon, 2003, Damien Carraz précise que l’inventaire de la commanderie de Fos du 24 janvier 1308, ne cite que le manse3 dit de Niolano ; la maison de Fos possédait de nombreux troupeaux et pâtures ; ce site fait-il partie des biens templiers au vieux Gignac comme l’affirme provence7.com ? d’après Dailliez et Carraz, à Gignac-la-Nerthe, il faut s’attendre à un entrepôt plutôt qu’à une chapelle…

Nous n’avons pu visiter la chapelle édifiée sur le rocher et fortifiée. A ses abords, une citerne devait recueillir les eaux de pluie.
Sans doute construite dans le courant du XIIIè siècle la chapelle Saint-Michel nous offre un des tout premiers exemples d’art gothique. […]
L’intérieur de l’église à nef unique est composé de deux travées et d’un chœur de forme hexagonale.
Les voûtes en croisée d’ogive voient leurs nervures reposer sur des consoles dont l’une est décorée d’une tête humaine et l’autre d’un ange, dans lequel il nous sera permis de voir Saint-Michel. D’après le Rove, patrimoine
Nous rejoignons maintenant le plateau par une piste qui grimpe fort. Entourée d’une falaise sur trois côtés, l’éperon du camp de Laure est manifestement dédié à la chasse à la grive.

Nous nous dirigeons vers le sud vers le camp de Laure, habitat retranché du néolithique, sur le dernier contrefort des collines de la Nerthe, envahi par la végétation. La muraille s’étendait sur plus de cent mètres de longueur sur deux mètres d’épaisseur mais n’est plus guère visible.
[…] les Préhistoriques qui l’ont occupé s’étaient retranchés dans sa partie presque inaccessible en élevant une muraille. […] L’industrie du silex est bien représentée ; les pointes de flèches sont relativement nombreuses, de types variés et d’un travail remarquable. […] Sur le plateau de Laure campaient des bergers, qui se livraient à la chasse, et ce fait expliquerait la prédominance des pointes de flèches. Extrait du Bulletin de la Société archéologique de Provence, Marius DALLONI, 1908-1914, consultable en mode texte, et en ligne sur le site http://gallica.bnf.fr/
Nous traversons la plaine de Gignac dominant bientôt le Rove(de nombreuses plantations après l’incendie ,il y a 30 ans) ; après une descente hors piste dans un sentier caillouteux, nous rejoignons le réservoir puis la crête que nous allons suivre dans un environnement de pitons calcaires et de garrigue rase Au loin Marseille avec le mont Saint-Cyr, le mont Puget jusqu’à Marseilleveyre.

puis on descend dans le vallon, une piste, un raccourci, la piste à nouveau, et toujours un vallon avec de nouvelles plantations(, oliviers, chênes , arbousiers..), lorsque la piste part vers la droite, à gauche , un sentier bien entretenu que nous allons suivre pendant 2 kms, arrivés au bord de l’autoroute, petite piste vers la gauche jusque vers la chapelle..

Documents joints